Bluet : quels sont les bienfaits de ce fruit sauvage ?

Plutôt appelé « bleuet » au Québec, cette petite baie importée de l’autre côté de l’Atlantique a tout pour plaire : en plus de constituer un en-cas sain et gourmand à grignoter en cas de fringale, elle est bourrée d’antioxydants ! On fait le point sur les bienfaits de ce fruit sauvage.

Bluet : quels sont les bienfaits de ce fruit sauvage ?

Le bluet, qu’est-ce que c’est ?

On l’appelle tantôt bleuet, tantôt bluet : ce fruit qui ressemble énormément à la myrtille pousse sur des arbrisseaux du genre Vaccinium, à environ 20 cm du sol.

Attention néanmoins aux confusions, car si le bluet sauvage a ses propres caractéristiques, le genre Vaccinium regroupe quant à lui en réalité plusieurs centaines d’espèces (au moins 400), que l’on trouve un peu partout dans le monde et qui produisent chacune des fruits – en réalité, de fausses baies – différents. Airelle fausse-myrtille, airelle uligineuse, myrtille des marais, myrtille sauvage, bleuet à rameau velouté… font partie des espèces les plus répandues.

Quand on dit qu’on les trouve aux quatre coins du globe, ce n’est pas de l’exagération : les seuls endroits où l’on ne trouve aucune espèce de bluet sauvage, c’est en Australie et en Antarctique ! Pour le reste, vous pouvez être sûr d’en trouver sur le continent américain, en Asie, en Afrique, et même dans les parties de l’hémisphère nord ou les températures sont les plus basses… Bref, les Vaccinium sont partout.

Mais l’espèce qui nous intéresse ici, c’est le Vaccinium Corymbosum, qui produit des baies violettes dont la chair est blanche (au contraire de celle de leurs cousines les myrtilles) et ne tâche presque pas.

Cultivées et commercialisées en France sous l’appellation « bluet des Vosges », on les trouve également sous leur forme sauvage en grande quantité en Amérique du Nord… Y compris – forcément ! – au Québec. Ce qui distingue le bluet de culture du bluet sauvage, c’est la taille de l’arbuste, puisque le Vaccinium Corymbosum cultivé peut atteindre 1 m de hauteur, alors que sa version sauvage pousse au raz du sol.

Bluet sauvage : quelles sont ses vertus thérapeutiques ?

Particulièrement riches en vitamines C et en antioxydants, les bluets ont en commun avec les myrtilles d’être dotés de nombreuses vertus.

Parmi elles, on compte notamment :

  • Des vertus anticancéreuses, l’activité antioxydante du bluet étant encore plus élevée que les fruits rouges déjà considérés comme des aliments riches en antioxydants comme la canneberge ou la framboise. Cela a même été observé en laboratoire : consommer du bluet contribuerait à stopper le développement des cellules cancéreuse. Au rang des antioxydants contenus dans le bluet, on peut citer les flavonoïdes, des pigments végétaux de la famille des polyphénols contenus en grande quantité dans la petite baie appréciée des Américains du Nord. Leur action ? Ils aident l’organisme à combattre les radicaux libres, ces molécules instables qui détruisent les molécules saines quand ils se trouvent en trop grande quantité dans le corps, entraînant des pathologies comme le cancer ;
  • Des bienfaits en matière de santé cardiovasculaire, plusieurs études cliniques ayant conclu à l’efficacité de la consommation de bluet dans la diminution du risque d’athéroscérose – une affection qui se caractérise par le dépôt de plaques principalement composées de lipides sur les artères de gros et moyen calibre –, et par la même occasion, de maladies et d’accidents cardiovasculaires. L’action des flavonoïdes (encore eux) permettrait effectivement de réduire l’oxydation des lipides sanguins, responsables de nombreuses pathologies coronariennes, mais aussi de réduire le taux de cholestérol (le mauvais, pas le bon !) dans le sang. Pour finir, le fruit du Vaccinium Corymbosum permettrait également de lutter contre le diabète et l’obésité ;
  • Des vertus anti-âge, le bluet étant reconnu comme un atout en matière de prévention des troubles neurodégénératif et autres affections liées au vieillissement dans la mesure où il protège – comme d’autres cellules du corps – les neurones du stress oxydatif causé par l’action des radicaux libres.

Bref, vous l’aurez compris : le fait de consommer du bluet, allié à une alimentation saine et équilibrée, c’est se donner encore plus de chances de conserver la santé… Et ce, le plus longtemps possible !

Consommer le bluet pour profiter de ses atouts santé

Si le jus de bluet est la forme la plus courante sous laquelle on trouve ce super fruit, on peut également le consommer tel quel, comme un en-cas au cours de la journée ou dans le bol de granola du petit-déjeuner.

Sur kanata.fr, vous le trouverez :

  • En confiture, pour des tartines gourmandes au petit-déjeuner comme au goûter ;
  • En jus allié à la canneberge, pour profiter des actions de ces deux baies combinées ;
  • En jus pur, pour une action encore plus ciblée, à consommer comme un sirop ;
  • En infusion avec du thé noir de Ceylan si vous êtes amateur de boissons chaudes ;
  • Dans la préparation pour pancakes Martinette, un mix sans gluten spécial gourmands.

À vous de voir sous quelle forme vous préférez consommer le bluet, cet allié de choc pour votre santé !

Commentaires Facebook

Vous avez aimé cet article ? Partagez le avec vos amis...

Répondre